Sommet sur la réponse
et la relance féministes

du Canada

8 et 9 mars 2021

Contenu de la page principale

Conférencières et conférenciers

Les biographies des panélistes ci-dessous sont organisées en fonction du Programme.

Passez au jour 2

 

Jour 1: Ouverture par une aînée

Speaker Grand-mère Martina Osawamick

Grand-mère Martina Osawamick

Martina Osawamick, kwe anishinaabe, Ojibwe/Odawa du territoire non cédé de Wiikwemkoong, est connue comme étant Oginii Kwe (Rose Woman) et est du clan amik/castor, makwa/ours et ma’iingan/loup qui lui servent de guides et occupe le deuxième rang de la loge des Midewiwin. Elle est une fière « Nokomis » de douze petits-enfants et arrière-grand-mère de trois bambins. L’une des priorités de Martina a toujours été sa passion pour la préservation, le maintien et la revitalisation de la langue anishinaabemowin. Elle est (l’aînée) Nokomis du Collège Cambrian et de l’Université Laurentienne de Sudbury et travaille à temps partiel. 

Jour 1: Mot d’ouverture

Speaker, The Honourable Maryam Monsef

L’honorable Maryam Monsef 

Ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural 

L’honorable Maryam Monsef est ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural du Canada et députée de Peterborough—Kawartha. Elle est la première femme à représenter cette circonscription fédérale, la première députée d’origine afghane et la première musulmane à occuper des fonctions de ministre à l’échelon fédéral. 

Reconnue par Apolitical comme l’une des 20 personnes les plus influentes en matière de politique sur le genre pour les deux dernières années, la ministre Monsef a contribué à baliser le débat sur l’égalité des genres au Canada et sur la scène internationale. Elle a joué un rôle de premier plan dans les efforts qu’a déployés le Canada pour que l’égalité des genres et l’Analyse comparative entre les sexes PLUS deviennent parties intégrantes de tous les travaux du G7, notamment durant la présidence canadienne du groupe, en 2018, ce qui a inclus la supervision du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes du G7. Elle a dirigé la délégation canadienne à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies chaque année depuis 2017 et a représenté le Canada auprès de la Banque mondiale; de plus, si le Forum économique mondial a abordé la question de l’égalité des genres, c’est en bonne partie grâce à elle. 

Elle a toujours eu à cœur de redonner à sa collectivité et à son pays. Dans sa collectivité de Peterborough, en Ontario, elle a cofondé la campagne Red Pashmina, qui a recueilli des fonds au profit de l’éducation des Afghanes. Diplômée de l’Université Trent, elle parle anglais, farsi et dari. 

Jour 1: Séance d’ouverture plénière: Répercussions sexospécifiques de la COVID-19

Moderator, The Honourable Chrystia Freeland

L’honorable Chrystia Freeland 

Madame Freeland a été élue députée dans Toronto—Centre pour la première fois au mois de juillet 2013.  Elle a été élue députée dans University—Rosedale en octobre 2015 et a été réélue en octobre 2019. 

De 2015 à 2017, madame Freeland a assumé les fonctions de ministre du Commerce international, s’occupant de la supervision des négociations réussies de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne, l’AECG. De janvier 2017 à novembre 2019, elle a assumé les fonctions de ministre des Affaires étrangères. Pendant cette période, elle a défendu d’une voix forte la démocratie, les droits de la personne et le multilatéralisme dans le monde entier. 

En tant que ministre des Affaires étrangères, elle a dirigé et conclu la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre le Canada, le Mexique et les États-Unis.  

En novembre 2019, elle a été nommée la vice-première ministre du Canada et la ministre des Affaires intergouvernementales. Dans ce rôle, elle a mené la réponse pancanadienne à la pandémie de COVID-19.  Elle a été nommée la ministre des Finances en août 2020.  

Journaliste et auteure de renom, la vice-première ministre est née à Peace River, en Alberta.  Elle a fait des études à la Harvard University avant de poursuivre ses études en tant que récipiendaire d’une bourse d’études de la fondation Rhodes à Oxford University. 

Après avoir commencé sa carrière en journalisme en Ukraine, comme correspondante indépendante du Financial Times, du Washington Post et de The Economist, elle a occupé de nombreux postes au Financial Times of London.  De 1999 à 2001, elle a été rédactrice en chef adjointe du Globe and Mail à Toronto, avant d’occuper le poste de rédactrice en chef adjointe au Financial Times, puis d’être rédactrice en chef pour les États-Unis.  

En 2010, elle s’est jointe à l’agence de presse canadienne Thomson Reuters.  Elle travaillait à titre de directrice générale et de rédactrice en chef de la section informations des consommateurs. Elle a décidé de revenir au pays en 2013 et de se lancer en politique.  

Madame Freeland est l’auteure de deux ouvrages,  ---- of the Century: The Inside Story of the Second Russian Revolution (2000) et Plutocrats: The Rise of the New Global Super-Rich and the Fall of Everyone Else (2012). Cette dernière publication a connu un succès international, raflant le prix Lionel Gelber et le National Business Book Award.  

En 2018, le magazine Foreign Policy lui a décerné la distinction de diplomate de l’année. Elle a reçu le prix Eric M. Warburg d’Atlantik-Brücke pour son travail de renforcement des liens entre les pays transatlantiques.  En 2020, elle a reçu le prix Mark Palmer, décerné par Freedom House, pour ses années de travail consacrées à promouvoir la démocratie et les droits de la personne. 

Madame Freeland parle le russe, l’ukrainien, l’italien, le français et l’anglais.  Elle habite à Toronto avec son mari et ses trois enfants. 

 

Speaker, Armine Yalnızdan

Armine Yalnizyan

Armine Yalnizyan est boursière de l’Atkinson Foundation sur l’avenir des travailleurs. Elle a été conseillère principale en politique économique auprès du sous-ministre d’Emploi et Développement social Canada de 2018 à 2019. Elle a collaboré à la direction du projet sur l’inégalité du Centre canadien de politiques alternatives de 2008 à 2017, et elle a présenté des analyses hebdomadaires sur les activités à la radio et à la télévision de la CBC de 2011 à 2018. Elle a été présidente de l’Association canadienne de science économique des affaires.

 

Speaker, Monique F. Leroux

Monique F. Leroux

Membre du Panthéon des personnalités canadiennes des affaires ainsi que du Temple de la renommée du secteur des valeurs mobilières, Monique Leroux est administratrice de sociétés. Elle est vice-présidente de Fiera Holdings Inc. et siège en tant que membre indépendant au conseil d’administration de sociétés internationales telles que Michelin (ML-France), Bell/BCE, S&P Global (SPGI), Couche-Tard (ATD) et Lallemand Inc. (société privée). En outre, elle préside le comité de responsabilité sociale d également le comité de responsabilité sociale d’entreprise (RSE) de Michelin ainsi que le comité de gouvernance d’entreprise de Bell. À ce titre, elle offre son expérience diversifiée à ces conseils et comités, notamment en tant qu’associée chez Ernst and Young (EY) et comme présidente du conseil et directrice générale du Mouvement Desjardins, fonction qu’elle a assumée de 2008 à 2016et présidente du conseil d’administration et chef de la direction du Mouvement Desjardins de 2008 à 2016. 

En mai 2020, Mme Leroux a été nommée présidente du Conseil sur la stratégie industrielle par le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie du Canada. De 2016 à 2020, elle a été présidente du conseil d’administration d’Investissement Québec. Elle est aussi vice-présidente du conseil de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM). 

Mme Leroux est membre de l'Ordre du Canada, officière de l'Ordre national du Québec, chevalier de la Légion d’honneur (France) et récipiendaire du prix Woodrow-Wilson (États-Unis). Elle a reçu une bourse de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec ainsi que de l’Institut des administrateurs de sociétés, et elle détient des doctorats honorifiques de huit universités canadiennes en reconnaissance de sa contribution au secteur des affaires et à la communauté.

 

Speaker, Roberta Jamieson

Roberta Jamieson

Roberta Jamieson est administratrice de sociétés et ancienne présidente et chef de la direction d’Indspire.

Elle a été la première femme des Premières Nations du Canada à obtenir un diplôme de droit, la première femme ombudsman en Ontario, la première femme élue chef du Territoire des Six Nations de la rivière Grand et membre du premier Conseil consultatif sur l’égalité des sexes du G7. Elle a obtenu 27 diplômes honorifiques et elle est Officier de l’Ordre du Canada.

 

Speaker, Sarah Kaplan

Sarah Kaplan

Sarah Kaplan est professeure distinguée, directrice de l’Institute for Gender and the Economy et professeure en gestion stratégique à l’École de gestion Rotman de l’Université de Toronto. Elle est l’auteure du livre d’affaires à succès intitulé Creative Destruction. Son plus récent livre s’intitule The 360° Corporation: From Stakeholder Trade-offs to Transformation. Ses recherches actuelles portent sur l’application d’une perspective d’innovation pour comprendre les défis à relever pour atteindre l’égalité entre les genres. En 2020, elle a lancé une spécialisation en cinq cours sur Coursera : Gender Analytics: Gender Equity Through Inclusive Design (Analyse comparative entre les sexes : Équité entre les sexes au moyen d’une conception inclusive), qui vise à renforcer les compétences analytiques pour effectuer une analyse comparative entre les sexes intersectionnelle concernant les produits, les services et les politiques. 

Jour 1: Femmes noires et autres femmes racialisées

Moderator, Narmin Ismail-Teja

Narmin Ismail-Teja

Directrice d’[email protected] inc., Narmin Ismail-Teja concentre son travail dans la communauté et la consultation sur la création d’espaces respectueux et inclusifs où l’on met l’accent sur l’équité et le mérite. Les domaines d'intervention de Narmin comprennent la compétence culturelle, la lutte contre le racisme, l’humilité culturelle, le pluralisme, le leadership stratégique et l’établissement d'un climat de confiance.  

Narmin est active dans la communauté et elle a siégé à plusieurs conseils d’administration, dont le Musée canadien de l’histoire, Femmes Canadiennes Pour les Femmes Afghanes, le Conseil de liaison des Forces canadiennes et la Calgary Foundation.     

 

Speaker, Félicia Tremblay

Félicia Tremblay

Félicia est une personne bispirituelle et non binaire, née au Québec et d’origine Cherokee Freedmen (afro‑indigène). Mettant ses talents au service de la dénonciation des injustices au moyen de la musique et de la poésie, Félicia s’implique depuis son plus jeune âge dans les arts et le travail communautaire. Elle a occupé un poste d’intervenante au Native Women's Shelter of Montreal/Foyer Pour Femmes, jusqu’à son embauche comme « directeur.ice, Diversité et inclusion » à Fierté Montréal, devenant ainsi la première personne de couleur à occuper un poste de direction depuis la création du festival (il y a 12 ans) et la première personne directeur.ice, Diversité et inclusion au sein du Mouvement Fierté Canadienne. 

En février 2020, Félicia faisait partie d’un collectif IBPOC/BIPOC qui a pris la parole à l’AGA de Fierté Canada Pride pour dénoncer les méthodes coloniales et oppressives des organismes LGBTQ et elle a été élue directrice régionale centrale à PCF. Spécialiste de la création pour et par des projets, de l’élaboration de stratégies plus inclusives des espaces plus sécuritaires et reconnue pour son franc‑parler, Félicia est aussi recherchée comme consultant.e indépendant.e auprès de divers organismes et institutions. Pendant la pandémie, elle a fondé HüMSolutions, Human Unceeded Minds, une forme de cabinet de consultation à vocation sociale qui vise à faire entendre la voix des communautés touchées par le manque de compréhension envers la diversité et l’inclusion et contribuer à la sensibilisation

 

Speaker, Jennifer Wani

Jennifer Wani

Jennifer Wani est une étudiante de première année actuellement inscrite au programme de développement international à l’Université d’Ottawa. Elle se consacre à ses études et au travail dans sa collectivité. Elle défend les intérêts de la jeunesse au sein de Plan International, siégeant au conseil consultatif de la jeunesse et participant à l’initiative Les Jeunes pour l’égalité des genres. Elle est également directrice du programme Girls20 et siège actuellement au conseil d’administration de Résultats Canada. 

De plus, elle a été ambassadrice junior et senior du Conseil multiculturel de Regina, représentant les Africains dans la diaspora. Cette année, elle est directrice générale de Black in Sask, un organisme qui s’engage à lutter contre le racisme envers les personnes noires en Saskatchewan. Dans le cadre de ses divers rôles, elle a dirigé des consultations et facilité le dialogue avec les administrations municipales et provinciales. Jennifer a été choisie pour faire partie de la délégation canadienne à la Commission [des NU] sur la condition de la femme, mais n’a pu y prendre part en raison de la COVID‑19.

 

Speaker Marci Ien

Marci Ien

Marci Ien est une mère dévouée, journaliste primée, diplômée de Ryerson, auteure et députée de Toronto—Centre qui a consacré sa vie à donner une voix aux personnes qui en ont le plus besoin. Née à St. Jamestown et élevée à Toronto, où elle vit avec ses enfants Blaize et Dash, Marci a pu constater par elle-même les possibilités et les défis de sa ville. Elle milite avec passion pour les collectivités vulnérables au Canada et ailleurs. 

Aujourd’hui, elle est la porte-parole de l’électoral de Toronto—Centre en tant que seule femme noire à la Chambre des communes et elle continue de lutter pour l’inclusion et l’égalité et veiller à ce que chaque personne de Toronto-Centre et de partout au Canada ait une chance égale de réussir.

 

Speaker Rhiannon Bennett

Rhiannon Bennett

Rhiannon Bennett (elle) est membre de la bande indienne de Musqueam. Elle travaille auprès des enfants, des jeunes et des familles depuis plus de 20 ans dans divers rôles dont le grand thème est la décolonisation. En 2014, elle a été la première Autochtone élue au conseil scolaire de Delta. Par la suite, elle a été inspirée à lancer un cabinet conseil avec sa colistière pour poursuivre son travail dans la communauté. Elle est Cofondatrice de Hummingbirds Rising Consulting.

 

Speaker Vivienne Poy

The  Honourable Vivienne Poy

Vivienne Poy a été la première Canadienne d’origine asiatique nommée au Sénat du Canada en 1998, où elle s’est concentrée sur les questions de genre, le multiculturalisme, l’immigration et les droits de la personne. Elle a joué un rôle déterminant dans la reconnaissance du Mois du patrimoine asiatique (mois de mai) partout au Canada. Elle est chancelière émérite de l’Université de Toronto. Depuis son départ du Sénat en 2012 pour la retraite, elle continue de participer activement au milieu universitaire et aux collectivités partout au Canada. 

 

Speaker, Senator Wanda Thomas Bernard

Senator Wanda Thomas Bernard

La sénatrice Wanda Thomas Bernard est la première femme afro-néo-écossaise à être nommée au Sénat du Canada, représentant la province de la Nouvelle-Écosse et sa ville natale, East Preston. La sénatrice Bernard milite pour les questions touchant les personnes afro-canadiennes et les personnes handicapées. Elle s’investit particulièrement dans les droits de la personne, l’équité en matière d’emploi et la santé mentale. Grâce à sa participation à des projets communautaires, à sa carrière en travail social, à son passage à l’École de travail social de l’Université Dalhousie et à son travail actuel au Sénat et à titre de vice-présidente du Comité sénatorial permanent des droits de la personne, la sénatrice Bernard continue d’avoir à cœur la justice sociale et la justice raciale. La sénatrice Bernard milite pour obtenir réparation du racisme subi contre les Noirs et qui continue de sévir, ce qui a une incidence sur la vie des personnes afro-canadiennes.

 

Jour 1: Personnes LGBTQ2

Moderator, The Honourable Dr. Hedy Fry

L’honorable Dre Hedy Fry

L’honorable Dre Hedy Fry a été élue au Parlement pour la première fois en 1993 en tant que députée de Vancouver-Centre, et est ainsi devenue la première novice à défaire un premier ministre en exercice. Réélue en 1997, en 2000, en 2004, en 2006, en 2008, en 2011 et en 2015, elle est maintenant la députée qui a exercé ses fonctions le plus longtemps de l’histoire du Canada.

Inspirée par la vision de Pierre Elliott Trudeau pour une société juste, la Dre Fry a immigré au Canada en 1970, où elle a pratiqué la médecine familiale à l’hôpital St. Paul’s pendant des décennies. Elle a joué un rôle de premier plan au sein de la communauté médicale et a été présidente de la Vancouver Medical Association (VMA), de la British Columbia Medical Association (BCMA) et de la Fédération des femmes médecins du Canada. Elle a également animé la populaire émission d’information médicale Doctor, Doctor sur le réseau de télévision de CBC.

Après son élection en 1993, la Dre Fry a été nommée secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé. De 1996 à 2002, elle a fait partie du cabinet de Jean Chrétien à titre de secrétaire d’État au Multiculturalisme et à la Situation de la femme, et elle s’est alors concentrée sur la politique sociale, les arts et la culture, l’égalité des femmes, l’environnement, l’itinérance, les avantages pour personnes de même sexe et l’égalité du mariage.

De 2006 à 2015, elle a occupé un certain nombre de postes de direction au sein de l’Opposition officielle et a exigé des comptes de la part du gouvernement Harper à titre de porte-parole de l’opposition pour le patrimoine canadien, de porte-parole pour le sport et les Jeux de 2010 et de porte-parole pour la santé, alors qu’elle était responsable de l’élaboration de la plateforme en matière de santé de 2015 du Parti libéral du Canada.

En plus de ses fonctions de députée, la Dre Fry agit actuellement à titre de chef de la délégation du Canada auprès de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCEPA) et de représentante spéciale de l’OSCEPA pour les questions de genre. En outre, elle préside l’Association canadienne des parlementaires pour la population et le développement.

Elle a trois fils adultes et quatre jeunes petits-enfants.

 

Speaker, Ariane Marchand-Labelle

Ariane Marchand-Labelle

Ariane Marchand-Labelle (elle) est directrice générale du Conseil québécois LGBT, le réseau des organismes communautaires 2SLGBTQ du Québec. Elle participe à plusieurs consultations concernant la défense des droits collectifs, notamment le comité de travail sur le profilage social de la Ville de Montréal, le comité sur la violence sexuelle de Juripop et le comité consultatif du Bureau de lutte à l’homophobie du Québec. Avant de travailler au Conseil, à titre de membre du personnel politique aux niveaux fédéral et municipal pendant plus de sept ans, Ariane a travaillé en étroite collaboration avec les intervenants locaux d’un des quartiers les plus défavorisés de Montréal, sur les enjeux liés aux droits des personnes 2SLGBTQ2, à l’itinérance, à l’urbanisme, à la sécurité alimentaire et au logement social.

 

Speaker Debbie Owusu-Akyeeah

Debbie Osusu-Akyeeah

Debbie est une féministe noire qui compte plus de huit ans d’expérience locale et internationale en matière de défense des intérêts dans divers rôles allant des programmes et du counseling à l’analyse des politiques et à la gestion de projets. Elle est la nouvelle directrice générale du Centre canadien pour la diversité des genres et de la sexualité (CCDGS).

Elle a eu le plaisir d’allier sa passion pour la justice sociale et le développement international à Oxfam Canada et de faire du bénévolat auprès d’organismes féministes comme La Marche ---- d’Ottawa, le refuge pour femmes Harmony House et Planning des naissances d’Ottawa.

Quand Debbie ne crie pas dans un mégaphone lors de manifestations ou ne s’occupe pas de l’organisation d’événements, elle est probablement sur un terrain de rugby ou en train de faire un gâteau.

 

Speaker, Emmett Lamache

Emmett Lamache

Emmett est une personne franco-albertaine queer non binaire à qui on a attribué le sexe féminin à la naissance, issue du territoire relevant du Traité 6, qui travaille activement à la création d’espaces inclusifs pour la diversité sexuelle et de genre dans le contexte des minorités francophones depuis 2016. Emmett a été membre fondateur du Comité FrancoQueer de l’Ouest, et a dirigé son service des communications pendant plus d’un an. Il est maintenant directeur général du Réseau Enchanté, qui relie et soutient les organismes communautaires pour les personnes bispirituelles et LGBTQ+ à l’échelle du Canada.

Dans ses temps libres, Emmett aime l’émission RuPaul’s Drag Race, qu’il suit avec enthousiasme avec son partenaire, Rae, et leurs deux chats, Diego et Thibeault.

 

Speaker, Felix Gilliland

Felix Gilliland

Felix Gilliland est un colon trans et blanc de la classe ouvrière qui vit sur les terres ancestrales et non cédées des peuples Lekwungen. Felix est chef de projet au centre d’aide aux victimes d’agression sexuelle WAFAW et travaille à la création de services féministes trans. Dans le cadre de son travail, Felix priorise la réduction de la dépendance au système carcéral et le développement de la résistance à la transmisogynie dans le secteur féministe. Felix participe également à des contestations judiciaires de la certification par l’État et de la coercition concernant le genre, auprès de la Gender-Free ID Coalition. Felix possède une expérience des services de traitement des dépendances dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver, ce qui a eu une profonde incidence sur sa vision de l’accès et de l’inclusion.

 

Jour 1: Femmes en situation de handicap

Moderator, Senator Chantal Petitclerc

Sénatrice Chantal Peticlerc 

Chantal est née le 15 décembre 1969 à Saint-Marc-des-Carrières, au Québec. À l’âge de 13 ans, elle a perdu l’usage de ses jambes à la suite d’un accident. En la convainquant de se mettre à la natation pour développer sa force et son endurance, son professeur d'éducation physique au lycée, Gaston Jacques, allait avoir une incidence décisive sur sa vie. Ce fut le premier contact de Chantal avec le sport et l'entraînement. Quatre ans plus tard, elle découvre l'athlétisme en fauteuil roulant, ce qui lui ouvre la voie d'une longue et brillante carrière qui la mènera aux Jeux Olympiques de Barcelone de 1992 et à ceux de Pékin en 2008.

Chantal Petitclerc est revenue des Jeux paralympiques de Pékin de 2008 avec cinq médailles d'or, pour un total de 21 médailles paralympiques, dont quatre d'or, ce qui fait d'elle l'athlète de piste féminine la plus célébrée de l'Histoire, l'athlète paralympique canadienne la plus médaillée, et la seule athlète canadienne à avoir remporté des médailles d'or aux Jeux Olympiques, aux Jeux paralympiques et aux Jeux du Commonwealth. 

Chantal a reçu plusieurs distinctions pour sa carrière sportive. Elle a notamment été faite Compagnon de l'Ordre du Canada, a été nommée Personnalité de l'année par le journal La Presse (2004) et a reçu le prix international Laureus (2005). 

Les Jeux de Pékin allaient être sa dernière participation à une compétition d'athlétisme, mais Chantal Petitclerc est désormais déterminée à rendre au sport ce qu'il lui a donné. En 2012, elle a été recrutée comme entraîneure et mentor de l'équipe britannique d'athlétisme aux Jeux paralympiques de Londres. Après son retour au Canada, Chantal a été nommée chef de mission pour les Jeux du Commonwealth de 2014 à Glascow. Ce fut la première fois dans l'Histoire, qu’une athlète paralympique dirigeait une équipe composée d'athlètes olympiques et paralympiques. 

En avril 2016, Chantal Petitclerc est devenue sénatrice au Sénat du Canada. À ce titre, son objectif est d'améliorer la santé de toute la population canadienne, en particulier celle des jeunes, ainsi que les droits des personnes handicapées. 

 

Speaker, Bonnie Brayton

Bonnie Brayton

Chef de file reconnue des mouvements féministes et des mouvements des handicapés, Bonnie Brayton est directrice générale nationale du Réseau d'action des femmes handicapées du Canada (RAFHC) depuis mai 2007.  À ce titre, elle s'est révélée être une formidable porte-parole des femmes handicapées, tant au Canada qu'à l'étranger. Pendant son mandat au sein du RAFHC, Bonnie Brayton a travaillé avec diligence pour faire connaître les principaux problèmes qui ont une incidence sur la vie des femmes et des filles handicapées. 

De 2016 à 2019, Bonnie Brayton a siégé au Conseil consultatif de la ministre sur la violence fondée sur le sexe (FEGC) et a été nommée pour un autre mandat de deux ans.  Plus tôt en 2020, Bonnie a été nommée par l'honorable Carla Qualtrough pour siéger au sein du Groupe consultatif sur la COVID-19 en matière des personnes en situation de handicap (GCCMPSH) et continuera de siéger au sein du GCMPSH.

Elle fait également régulièrement des présentations devant des comités parlementaires et sénatoriaux, participe à des consultations publiques et a représenté les femmes et les filles handicapées au Canada et à l'étranger.  Bonnie est bien connue dans les communautés des personnes handicapées et des femmes en tant que créatrice de coalition.

Bonnie est régulièrement sollicitée en tant que présentatrice principale, experte et conférencière. Ses blogs sont publiés sur Huff Post Canada et Rabble, et Bonnie est considérée comme une experte de premier plan au Canada en matière de genre et de handicap.  Bonnie a également contribué à plusieurs anthologies, dont A BOLD VISION et LIVING THE EDGES, a DisAbled Women’s Reader et la dernière édition des publications d'Inana STILL LIVING THE EDGES (sortie à l'automne 2020). 

Elle a été présidente de Coup de Balai, une entreprise sociale innovante qui fournit des services de soins à domicile aux personnes handicapées et aux personnes âgées dans sa communauté de Montréal. Elle est également membre fondatrice de la Ending Violence Association of Canada  et a été membre du comité directeur de La Maison Parent-Roback, un collectif féministe québécois de Montréal qui a existé de 2008 à 2015.  Bonnie a récemment été nommée au comité consultatif de la Jarislowsky Chair in Families and Workau centre de recherche Live Work Well de la University of Guelph. Elle est également la partenaire de liaison pour une initiative de sept ans basée à la University of Guelph, appelée « Engendering Disability-Inclusive Development » (EDID) financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Elle vit à Montréal avec son partenaire, Delmar Medford.  Elle a deux filles adultes, Leah et Virginia.

 

Speaker, The Honourable Carla Qualtrough

L’honorable Carla Qualtrough 

Carla Qualtrough est députée de Delta, en Colombie-Britannique. Elle est ministre du Cabinet depuis qu’elle a été élue pour la première fois en 2015, ayant auparavant été ministre des Sports et des Personnes handicapées et ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité. Elle joue actuellement un rôle principal à titre de ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées. Elle siège à plusieurs comités du Cabinet et elle a été au cœur de la réponse fédérale pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Elle est responsable de nombreuses mesures d’urgence, dont la PCU, la PCUE, l’assurance-emploi et les prestations d’invalidité. Alors que le Canada s’efforce de se remettre des effets de cette pandémie, la ministre Qualtrough mène l’offensive pour la création d’emplois, le perfectionnement de la main-d’œuvre et la mise en œuvre d’un plan d’action historique pour l’inclusion des personnes handicapées. 

Avant de se lancer en politique, la ministre Qualtrough a exercé le droit sur la question des droits de la personne aux niveaux provincial et fédéral, et elle a été vice-présidente du Tribunal d’appel des accidents du travail. Elle possède également une expérience impressionnante dans le sport, ayant participé à des compétitions pour Équipe Canada dans le domaine de la natation et remporté plusieurs médailles paralympiques et championnats du monde. Elle a fait beaucoup de bénévolat aux niveaux local, national et international en mettant l’accent sur l’inclusion et l’égalité d’accès pour tout le monde. Elle a été intronisée au Temple de la renommée paralympique du Canada et a été reconnue à plusieurs reprises comme l’une des femmes les plus influentes du sport au Canada. 

La ministre Qualtrough est aveugle au sens de la loi depuis sa naissance et défend avec passion les droits des personnes handicapées. Elle a dirigé la mise en place de la Loi canadienne sur l’accessibilité et est reconnue à l’échelle internationale pour son travail en matière d’inclusion des personnes handicapées. Elle a reçu un certain nombre de prix pour sa défense, notamment du Réseau d’action des femmes handicapées Canada, de l’Institut national canadien pour les aveugles, du BC Aboriginal Network on Disability Society, du Abilities Centre et du Comité international paralympique. Elle a également reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine. 

La ministre Qualtrough habite à Ladner avec son mari Eron, ses 2 plus jeunes enfants et sa mère.

 

Speaker Maayan Ziv

Maayan Ziv

Maayan Ziv est activiste, photographe et entrepreneure. En 2015, elle a lancé AccessNow, une application mobile et un site web qui recueille et partage des renseignements sur l'accessibilité des lieux dans le monde entier. Ce qui a commencé comme une réponse à sa frustration lorsqu'elle essayait de se déplacer dans des endroits qui n’étaient pas accessibles, s'est rapidement développé pour devenir une start-up sociale axée sur une mission. En quelques années seulement, AccessNow a lancé un mouvement en faveur de l'inclusion, invitant les personnes de toutes capacités à contribuer à la plate-forme. En tant que directrice générale d'AccessNow, Maayan a provoqué un profond changement de mentalité quant à l'importance de l'accessibilité dans notre monde, que ce soit en matière de technologies, d'infrastructures, de politiques publiques, de médias ou de communications. À ce jour, AccessNow a partagé des renseignements sur l'accessibilité dans plus de 35 pays.

Conférencière influente que l'on retrouve souvent dans les médias, Maayan collabore avec des entreprises du secteur privé ainsi que des organismes gouvernementaux et sans but lucratif. Elle inspire les dirigeants qui cherchent à promouvoir l'accessibilité pour tous. Le 1er août 2019, le gouvernement du Canada a annoncé un investissement de 2,7 millions de dollars dans AccessNow en vue de son développement technique, de sa croissance et de son expansion.

 

Speaker, Tayler Glaspey

Tayler Glaspey

Tayler Glaspey est une étudiante en quatrième année de sociologie et de sciences politiques à la Kwantlen Polytechnic University. Elle fait du bénévolat au sein de la communauté et à l'étranger depuis de nombreuses années. Plus récemment, elle a été directrice et première vice-présidente de l'Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire (NEADS) en Colombie-Britannique. Elle travaille actuellement avec le Surrey Mobile Assault Response Team (programme SMART) au Women’s Centre de Surrey. Elle a également siégé au comité consultatif des étudiants de la West Coast LEAF dans le cadre de leur campagne de sensibilisation sur le consentement : Only Yes means Yes. 

Tayler a à cœur de faire en sorte que tous les étudiants de l'enseignement supérieur se sentent protégés contre la discrimination et la violence fondée sur le genre. Elle souhaite continuer de travailler et de sensibiliser le public aux questions liées au handicap et à la violence fondée sur le genre dans la suite de ses études supérieures.

 

Speaker, Yazmine Laroche

Yazmine Laroche

Yazmine Laroche est la première sous-ministre à l'Accessibilité au sein de la fonction publique du Canada. À ce titre, elle est chargée de superviser les efforts de la fonction publique canadienne pour répondre aux exigences de la Loi canadienne sur l'accessibilité. Fonctionnaire de carrière dotée d'une vaste expérience, elle a occupé divers postes de direction dans de nombreux ministères et organismes fédéraux.  Plus récemment, elle a été sous-ministre déléguée, Transports et Infrastructure.  Yazmine est fière d’être la sous-ministre championne des employés handicapés fédéraux et la sous-ministre championne de son alma mater, la Carleton University, qui lui a décerné un doctorat honorifique en 2019.  Elle est membre du conseil d’administration de Dystrophie musculaire Canada, et en a été la présidente. Elle a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en reconnaissance de son action caritative et de ses efforts au nom des personnes handicapées.   

 

Jour 1: Femmes autochtones

Moderator, The Honourable Carolyn Bennett

L’honorable Carolyn Bennett

Ministre des Relations Couronne-Autochtones 

L’honorable Carolyn Bennett a été élue à la Chambre des communes pour la première fois en 1997 et réélue en 2000, 2004, 2006, 2008, 2011, 2015 et 2019, dans la circonscription Toronto‑St.‑Paul’s.

Avant d’occuper le poste de ministre des Relations Couronne-Autochtones, elle a été ministre d’État (Santé publique). Elle a également été porte-parole pour la santé publique, les aînés, les personnes handicapées, l’économie sociale et les affaires autochtones.

Avant son élection en 1997, la ministre Bennett était médecin de famille et co‑fondatrice de Bedford Medical Associates au centre‑ville de Toronto. Elle a également été professeure adjointe au département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto. Son combat pour sauver le Women’s College Hospital of Toronto l’a inspirée à se lancer en politique.

La ministre Bennett est une représentante active de la circonscription Toronto‑St.‑Paul’s. Depuis 2000, elle a organisé plus de 75 assemblées trimestrielles, séances d’information et activités spéciales pour ses électeurs. De concert avec ses collaborateurs, elle a répondu aux préoccupations de centaines d’électeurs dans les domaines de l’immigration, de l’impôt, des pensions et de l’assurance‑emploi.

La ministre Bennett parle avec passion de la participation du Canada et des Canadiens au processus démocratique. Elle défend la santé, l’environnement, la participation des femmes à la politique et les personnes handicapées. Elle est aussi connue pour son soutien ferme à Israël.

En 1986, elle a reçu la Croix du Service de la Royal Life Saving Society – un prix d’honneur du Commonwealth reconnaissant ses 20 années de service insigne. En 2002, elle a reçu le très convoité prix EVE pour avoir contribué à l’avancement des femmes en politique et, en 2003, elle a reçu le tout premier Prix Champions de la santé mentale de l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale. Elle a également été la première lauréate du Prix national d’excellence pour le leadership exceptionnel et le dévouement à la prévention des blessures et à la promotion de la sécurité au Canada et elle a été coauteure de Kill or Cure? How Canadians Can Remake Their Health Care System.

 

Speaker, Michèle Audette

Michèle Audette 

Michèle Taïna Audette est innue et québécoise. Elle est née à Wabush, au Labrador et a grandi entre Schefferville, Mani-utenam et Montréal. Elle a fait des études en arts visuels à l’Université du Québec (UQAM), puis en enseignement des arts à l’Université Concordia avant de recevoir, plusieurs années plus tard, en août 2018, un doctorat honorifique de l’Université de Montréal pour son engagement politique et social pour la défense des droits des femmes autochtones. Elle a entre autres été présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ) et de Femmes autochtones du Canada (AFAC), ainsi que commissaire pour l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA). Depuis l’automne 2019, elle occupe le poste de conseillère principale en matière de réconciliation et d’éducation autochtone à l’Université Laval.

 

Speaker, Odelle Pike

Odelle Pike 

Odelle a grandi au sein d’une solide famille traditionnelle micmaque à St. George (T.‑N.‑L). Elle a été propriétaire d’une entreprise prospère qu’elle a exploitée dans une communauté voisine pendant plus de 25 ans. Au cours de cette période, elle a également concentré ses efforts sur la communauté, ce qui lui a valu plusieurs prix et distinctions à l’échelle nationale, comme l’Ordre de Terre‑Neuve‑et‑Labrador, le Prix souverain du gouverneur général pour le leadership autochtone, le Prix Unlooneg pour l’ensemble de ses réalisations, le Prix visionnaire de la NLOWE, le Prix du bénévolat de l’année de l’Ouest de Terre-Neuve et le Prix national du bénévolat de l’année de Patinage Canada.  

Lorsqu’elle a pris sa retraite de son entreprise, elle s’est principalement concentrée sur la revitalisation culturelle et l’aide aux hommes, aux femmes et aux jeunes autochtones. Elle est présidente du Newfoundland Aboriginal Women’s Network, présidente et fondatrice du Cercle culturel de Bay St. George, actuellement connu sous le nom de People of the Dawn Indigenous Friendship Centre, administratrice au conseil d’administration d'Unlooneg, membre de plusieurs comités directeurs et conseillère de Stephenville Ward auprès de la bande appelée Première Nation Qalipu. 

Généreuse philanthrope et collectrice de fonds, elle a énormément contribué à la recherche sur le cancer et à la conservation de la culture. Elle est une communicatrice chevronnée et très accomplie en résolution de conflits intersectoriels et en facilitation. Récemment, elle a porté son attention sur le soutien aux familles touchées par les cas de femmes autochtones disparues et assassinées et de survivants des pensionnats. Elle s’engage à reconstruire les collectivités micmaques grâce aux efforts combinés des membres de la bande, des organismes gouvernementaux et de l’industrie au moyen de leur sagesse collective et de leurs particularités culturelles. Aînée respectée dans sa collectivité, elle est une enseignante, un mentor et une éducatrice qui respecte les traditions.

 

Speaker Rebecca Kudloo

Rebecca Kudloo 

Rebecca Kudloo est la présidente de Pauktuutit Inuit Women of Canada. Elle est née sur la terre à l’extérieur d’Iglulik, au Nunavut, et vit maintenant à Baker Lake, au Nunavut. Rebecca parle couramment l’inuktitut et l’anglais et aime travailler avec des gens de tous âges. Elle a été élue présidente pour la première fois en 2014 et a déjà siégé au conseil de Pauktuutit à titre de vice-présidente et directrice régionale de la région de Kivalliq au Nunavut. 

À titre de présidente, elle représente Pauktuutit aux conseils de direction d’Inuit Tapiriit Kanatami et du Conseil circumpolaire inuit du Canada. Rebecca est également active sur la scène internationale. Elle a été conseillère lors de la réunion préparatoire en Norvège avant l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA), elle s’est rendue au Groenland pour discuter de l’éducation et est souvent convoquée aux Nations Unies à New York pour discuter de la relation du Canada avec les femmes inuites. 

Outre son travail auprès de Pauktuutit, Rebecca consacre sa vie à l’éducation et au counseling communautaire depuis plus de 30 ans. Elle a notamment œuvré au ministère de l’Éducation du gouvernement du Nunavut et, maintenant, elle n’y travaille plus. Rebecca est cofondatrice et présidente actuelle de Mianiqsijit et il s’agit d’un service communautaire de counseling en violence sexuelle et en violence familiale à Baker Lake. Elle a également siégé à de nombreux conseils, dont le National Crime Prevention Council, la Sexual Abuse Coalition des Territoires du Nord-Ouest et le Status of Women Council des Territoires du Nord-Ouest, où elle a occupé le poste de vice-présidente, ainsi que le Qulliit Nunavut Status of Women Council, où elle a été la première présidente par intérim. 

Lorsqu’elle ne représente pas Pauktuutit sur la scène nationale, Rebecca passe le plus clair de son temps avec son petit-fils et prépare des petits plats traditionnels.

 

Speaker, Valerie Gideon

Valerie Gideon 

Valérie Gideon est membre de la Nation micmaque de Gesgapegiag (Québec) et elle est une mère fière de ses deux jeunes filles.

Elle occupe actuellement le poste de sous‑ministre déléguée auprès de Services aux Autochtones Canada.  De 2018 à 2020, elle a été sous‑ministre adjointe principale à la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits (DGSPNI) de Services aux Autochtones Canada.  De 2012 à 2017, elle a occupé le poste de sous‑ministre adjointe, Opérations régionales, à Santé Canada. En 2011-2012, elle a été directrice générale, Politique stratégique, planification et analyse à la DGSPNI. De 2007 à 2010, elle a occupé le poste de directrice régionale, Santé des Premières Nations et des Inuits, région de l’Ontario, à Santé Canada.

Avant son passage à Santé Canada, elle a travaillé principalement dans le domaine de la défense de la santé des Premières nations à titre de directrice principale de la santé et du développement social à l’Assemblée des Premières nations et de directrice du Centre des Premières nations de l’Organisation nationale de la santé autochtone. Elle a été nommée présidente du Comité d’examen par les pairs des Instituts de recherche en santé du Canada en 2004.

Elle a obtenu un doctorat (liste du doyen) en communications de l’Université McGill (Montréal) en 2000 (thèse sur la télésanté et l’autonomisation des citoyens).  Elle a fait une maîtrise ès arts en 1996 à l’Université McGill. Elle est membre fondatrice de la Société canadienne de télésanté et ancienne membre du conseil d’administration du YMCA/YWCA de la région de la capitale nationale.

Jour 1: Femmes immigrantes

Moderator, Senator Ratna Omidvar

L’honorable Ratna Omidvar, C.M., O.Ont.

Ratna Omidvar est une experte de renommée mondiale en matière de migration, de diversité et d’inclusion. En 2016, elle a été nommée sénatrice indépendante représentant l’Ontario au Sénat du Canada.  Auparavant à l’Université Ryerson, la sénatrice Omidvar a été une éminente professeure invitée et elle a fondé le Global Diversity Exchange. Elle est coauteure de Flight and Freedom : Stories of Escape to Canada (2015). La sénatrice Omidvar a été nommée membre de l’Ordre de l’Ontario en 2005 et est devenue membre de l’Ordre du Canada en 2011.

 

Speaker, Beba Svigir

Beba Svigir 

Beba Svigir est directrice générale de la Calgary Immigrant Women’s Association (CIWA) depuis 2006. Elle a travaillé dans les domaines de l’éducation, de l’élaboration de programmes d’études et de programmes, du développement international, ainsi que de l’établissement et de l’intégration. Au fil des ans, la CIWA a élargi ses programmes et services de façon exponentielle au niveau d’expertise, d’innovation et de compétences nécessaire pour soutenir des milliers d’immigrantes chaque année. Guidée par sa passion pour l’égalité et l’équité des genres, la CIWA milite pour l’amélioration des compétences et des atouts que les immigrants apportent au Canada et pour l’avantage global de l’immigration pour la mise en place d’une nation et la satisfaction des besoins du marché du travail.

 

Speaker Debbie Douglas

Debbie Douglas 

Debbie Douglas est directrice générale de l’OCASI – le Conseil ontarien des organismes au service des immigrants. Dans le cadre de son travail dans le secteur des ONG et plus particulièrement à l’OCASI, Debbie Douglas a mis en évidence les questions d’équité et d’inclusion, notamment la race, l'égalité des sexes et l’orientation sexuelle dans le système d’immigration et elle a favorisé la création d’espaces sûrs et accueillants dans le secteur de l’établissement et de l’intégration.

Personnalité bien connue en Ontario et partout au pays, Debbie Douglas est souvent appelée par les gouvernements à partager son expertise. Elle a été membre de la Table ronde d’experts sur l’immigration en Ontario, qui a publié le rapport Plus de voies vers le succès menant à la création de la première loi sur l’immigration de la province (2015); elle a également été membre du Groupe de travail sur la réforme de la sécurité du revenu du gouvernement provincial qui a publié en octobre 2017 Sécurité du revenu : Feuille de route pour le changement. Debbie Douglas est membre du Comité consultatif sur l’immigration et les réfugiés d’Aide juridique Ontario et du Conseil national d’établissement et d’intégration du gouvernement fédéral. Elle copréside la Table de leadership des nouveaux arrivants de la Ville de Toronto; elle a été nommée membre de la table ronde provinciale sur la violence faite aux femmes et elle copréside le sous‑comité provincial sur la lutte contre le racisme envers les Noirs. En outre, elle siège actuellement au conseil d’administration de la Société de logement communautaire de Toronto et, tout récemment, elle a été nommée au conseil d’administration de la Fondation Stephen Lewis.

Elle a reçu plusieurs prix, dont Women of Distinction du YWCA de Toronto (2004), Amino Malko du Centre canadien pour les victimes de torture (2008) et Urban Alliance on Race Relations Anti-Racism Award (2014).  

 

Speaker Naomi Alboim

Naomi Alboim 

Naomi Alboim est membre émérite de la School of Policy Studies de l’Université Queen’s et membre senior en politiques à la Chaire d’excellence de recherche du Canada (CERC) en migration et intégration de l’Université Ryerson. 

Auparavant, elle a travaillé aux niveaux supérieurs du gouvernement fédéral canadien et du gouvernement de l’Ontario pendant 25 ans, dont huit ans comme sous‑ministre dans trois portefeuilles différents. Ses domaines d’intervention comprenaient l’immigration, les droits de la personne, la formation liée au marché du travail, les normes en milieu de travail, la culture ainsi que les dossiers touchant les femmes, les aînés, les personnes handicapées et les Autochtones.

Naomi est récipiendaire des médailles du jubilé d’or et de diamant de la reine Elizabeth II et elle est membre de l’Ordre de l’Ontario.

 

Speaker, Naomi Lightman

Naomi Lightman 

Naomi Lightman est professeure adjointe de sociologie à l’Université de Calgary. Ses domaines d’expertise en recherche comprennent l’immigration, l'égalité des sexes, l’inégalité, les soins et les politiques sociales cruciales. Ses travaux ont été publiés dans de nombreuses revues universitaires. Naomi Lightman collabore à des recherches communautaires avec divers organismes sociaux et des organismes gouvernementaux, dont la Calgary Immigrant Women’s Association, Social Planning Toronto, le Wellesley Institute et le Calgary Local Immigration Partnership.   

 

Jour 2: Séance plénière: Le rôle des leaders et des mouvements féministes

Moderator; Lorna Marsden

Lorna Marsden 

Lorna Marsden, C.M., O.Ont, Ph. D a été la troisième présidente du Comité canadien d'action sur le statut de la femme; une féministe active; une sénatrice (1984-1992); et la rectrice de la Wilfrid Laurier University (1992-1997) et de la York University (1997-2007). 

Son dernier livre (avec Beth Atcheson) est intitulé White Gloves Off! The Work of the Ontario Committee on the Status of Women, 2018.

 

Speaker, The Honourable Jean Augustine

L’honorable Jean Augustine

Jean Augustine est entrée dans l'histoire en devenant la première femme noire à être élue au Parlement canadien, où elle a siégé de 1993 à 2006. 

Elle a notamment rempli avec brio les fonctions de secrétaire parlementaire du Premier ministre, de ministre d'État au multiculturalisme et à la condition féminine, de présidente du Comité international des échanges et de vice-présidente du Parlement. 

Ses réussites en matière de législation comprennent la motion historique relative au Mois de l'histoire des Noirs, et la motion sans précédent sur les Célèbres cinq, qui a permis de faire ériger ce qui reste les seules statues de la colline du Parlement représentant des femmes, en dehors de la reine Elizabeth. 

De 2007 à 2015, elle a été la toute première commissaire à l’équité de l’Ontario.

En 2008, la Jean Augustine Chair in Education, Community & Diaspora a été lancée à l’Université York pour contribuer à l’avancement de l’éducation, de l’équité et de l’inclusivité. 

Son nom a également été donné à une académie de leadership pour filles à Scarborough, à un centre pour l'autonomisation des jeunes femmes et à un parc municipal à Etobicoke, à une école secondaire à Brampton, ainsi qu'à un complexe polyvalent et à un parc de quartier à Vaughan.

Membre de l'Ordre du Canada et dame commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique, Jean Augustine a reçu des doctorats honorifiques de l'Université McGill, de la University of Toronto, de la York University, de la University of Windsor, de la University of Waterloo, de la University of Guelph et de la Trent University. Elle soutient également des bourses d'études au Centennial College, au George Brown College et au Humber College.

 

Speaker, The Honourable Monique Bégin

L'honorable Monique Bégin

En tant que spécialiste des sciences sociales, politicienne élue (1972-1984), puis universitaire, l'honorable Monique Bégin se distingue par la voix forte qu'elle a donnée aux personnes qui ne pouvaient pas se faire entendre, en luttant pour la santé de l'ensemble de la population et pour les déterminants sociaux de la santé, et par sa contribution à l'avancement de la condition des femmes au Canada. 

À 31 ans, l’honorable Monique Bégin était secrétaire exécutive de la Commission royale d'enquête sur la situation de la femme. Elle a rejoint le Cabinet en 1976 en tant que ministre du Revenu national, puis a été ministre de la Santé et du Bien-être de 1977 à 1979 et de 1980 à 1984. Elle a également été membre ou présidente de commissions d'enquête provinciales, nationales et internationales.

 

Speaker, Maureen O'Neil

Maureen O’Neil 

En juin 2011, Maureen O'Neil a été nommée Officier de l'Ordre du Canada pour le service public, en reconnaissance de sa contribution au développement international, à l'égalité des sexes et aux droits de la personne.

Elle a dirigé des ministères et des organismes de la Couronne au sein du gouvernement fédéral et de deux gouvernements provinciaux; un groupe de réflexion et une organisation à but non lucratif pour l'amélioration des soins de santé. Elle est et a été membre du conseil d'administration et présidente d'organismes internationaux et nationaux, dont la Carleton University.

Maureen O’Neil a été coordonnatrice de Femmes et Égalité des genres Canada (de 1978 à 1986).

 

Jour 2: Le mouvement des femmes

Moderator, Senator Marilou McPhedran

L’honorable Marilou McPhedran

Marilou McPhedran est une avocate du droit de la personne, professeure et activiste, nommée en tant que sénatrice indépendante au Parlement du Canada par le gouverneur général David Johnston sur la recommandation du premier ministre Justin Trudeau en novembre 2016. Marilou a été une des leaders les plus influentes du comité « ad hoc » de 1981 pour la conférence sur les femmes canadiennes sur la Constitution – le mouvement social des femmes à travers le Canada qui a apporté de meilleurs droits d’égalité dans la Constitution. Elle a cofondée plusieurs organismes canadiens sans but lucratif reconnus à l’international tels que le « Women’s Legal Education and Action Fund » (LEAF); le « Metropolitan Action Committee on Violence Against Women and Children » (METRAC); et le « Gerstein Crisis Centre » pour les patients psychiatriques sans-abris. Elle a été la Directrice fondatrice de l’Université de Winnipeg « Global College » et a facilité l’accès des étudiant(e)s aux sessions de l’ONU pour plus de 20 ans pour offrir du renforcement des compétences pratiques en fournissant des services de rapporteurs aux présentations d’ONG. Elle est membre du conseil d’administration fondateur du « Global Network of Women Peacebuilders » (Jeunes femmes leaders pour la paix) et a apporté un soutien bénévole important aux organismes de la société civile qui se concentrent sur la consolidation de la paix et les droits de femmes, incluant le « Afghan Women's Organization », « Canadian Council of Muslim Women », « Canadian Voice of Women for Peace », et « Manitoba Women for Women of South Sudan ».

 

Speaker, Angela Marie MacDougall

Angela Marie MacDougall 

Depuis trois décennies, Angela Marie MacDougall participe activement à des mouvements de justice sociale grâce à ses efforts d’organisation communautaire, à son travail de première ligne et à son activisme. Depuis les années 1990, Angela développe des programmes de formation dans un cadre intersectionnel et anti-oppression, et son travail de formatrice auprès d'organisations communautaires, d'acteurs du système, d'universités et du grand public a toujours mis l'accent sur l'influence d'une réponse communautaire en matière de justice économique, raciale et de genre. Les contributions d'Angela comprennent l'élaboration de modèles de prestation de programmes et de services axés sur l'autonomisation et la défense des droits pour lutter contre la violence fondée sur le sexe et la violence à l'égard des femmes, qui s'appuient sur des cadres théoriques solides comprenant des analyses féministes fondées sur les traumatismes et intégrant le rôle de la consommation de substances et du bien-être mental. Un thème et un axe toujours présents dans son travail ont été la gamme des inégalités sociales et des problèmes environnementaux associés à la colonisation et à la criminalisation généralisée des communautés de couleur qui sont les plus touchées par la pauvreté et la discrimination raciale. 

Angela Marie MacDougall est membre fondatrice de Feminists Deliver, une organisation provinciale qui a pour mission de faire la lumière sur les problèmes urgents auxquels sont confrontées les communautés marginalisées de la Colombie-Britannique et sur les difficultés locales, afin d'ouvrir la voie à un changement transformateur tout en établissant des liens transnationaux entre les mouvements féministes intersectionnels locaux; et de redéfinir le programme mondial des femmes comme un programme centrant une diversité de voix féministes intersectionnelles locales. Elle est membre de longue date de la February 14th Women's Memorial March de Vancouver et est membre fondatrice de l'Intersectional Feminist Justice Research and Organizing Collaborative qui réunit des chercheurs, des universitaires, des analystes de données et de politiques, des étudiants et des organisateurs communautaires afin de fournir des recherches, des données, des politiques et un soutien stratégique essentiels aux mouvements visant à mettre fin à la violence, à promouvoir l'égalité des sexes et à assurer la justice sociale. Angela a été nommée femme remarquable par la Ville de Vancouver et l’une des personnes les plus influentes de Vancouver par le Vancouver Magazine.

Ms. MacDougall est Directrice exécutive, Battered Women’s Support Services.

 

Speaker, Katie Davey

Katie Davey

Estimant que la conversation sur la prise de décision inclusive et diverse laissait à désirer dans le Canada atlantique, Katie Davey a créé Femme Wonk - un podcast avec plus de 10 000 téléchargements sur la politique, la vie politique et les affaires courantes vues sous l'angle de l'inclusion. Dans Femme Wonk, elle peut également s'exprimer, donner des conseils et animer un club de lecture. Connue sous le nom de « the feminist money girl », Katie milite pour l'intégration de la politique économique et sociale.

Katie a été conseillère principale en politique et en mobilisation des parties prenantes au cabinet du premier ministre du Nouveau-Brunswick, et présidente de l'association des étudiants de l'Université du Nouveau-Brunswick. Elle occupe actuellement le poste de responsable des politiques au sein du Forum des politiques publiques. Elle est membre du Groupe de travail jeunesse sur l’égalité des genres pour le gouvernement du Canada, Fellow d'Action Canada 2019/20 et formatrice pour Girls on Boards. Katie est titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques de l'Université du Nouveau-Brunswick et d'une maîtrise en politique appliquée de la Wilfrid Laurier University. 

Les travaux de Katie ont été publiés dans le Toronto Star, Policy Options, Telegraph- Journal et Hazlitt. Elle commente également régulièrement les événements politiques sur CBC New Brunswick, et a participé à l'émission Power & Politics sur CBC. 

 

Speaker, Paulette Senior

Paulette Senior

Paulette Senior est présidente et directrice générale de la Fondation canadienne des femmes. Elle a consacré sa carrière à donner aux femmes et aux filles les moyens de surmonter les obstacles et de réaliser leur plein potentiel. 

Paulette a commencé sa carrière aux premières lignes d'organismes de services sociaux dans certains des quartiers les plus mal desservis de Toronto. Elle a constaté que les ressources sociales et les changements systémiques pouvaient transformer la vie des femmes. Grâce à son travail et à son action auprès des refuges, ainsi qu'à des programmes d'emploi et de logement, elle a remporté de nombreux prix et est devenue l'une des leaders les plus respectées au Canada. 

Paulette a rejoint la Fondation en 2016, après dix ans en tant que directrice principale de YWCA Canada. Son travail au sein de la Fondation est guidé par la vision d'un mouvement national inclusif vers l'égalité des sexes qui rendra tous les Canadiens plus forts.

 

Speaker, Rosemary Ganley

Rosemary Ganley 

Rosemary Ganley, de Peterborough, a passé sa vie à militer pour le féminisme et à écrire. En 1995, elle a participé à la quatrième conférence des Nations unies sur les femmes à Pékin. Elle a ensuite publié 25 articles sur cette expérience dans plusieurs revues et journaux.

Elle a vécu six ans en Jamaïque et en Tanzanie, et, en 1980, elle et son mari, John, ont fondé l'agence de développement « Jamaican Self Help ». En 2016, elle a publié un livre sur cette expérience : « Jamaica Journal : The Story of a Grassroots Canadian Aid Organization”.

En 2011, Rosemary a donné la conférence Margaret Laurence sur les théologies féministes à la Trent University et écrit maintenant une chronique hebdomadaire pour le Peterborough Examiner. Une centaine de ces chroniques sont rassemblées dans le livre intitulé « Positive Community » (2018). De 2001 à 2006, elle a été rédactrice adjointe du journal indépendant Catholic New Times à Toronto. Ses textes ont été publiés dans le Globe and Mail, le Toronto STAR, le Peterborough Examiner, The Green Teacher et le magazineConscience.

Rosemary a trois fils et huit petits-enfants. En 2011, elle est entrée dans le Peterborough Pathway of Fame, et en 2018, elle a reçu la Médaille de la paix du YMCA. Elle a récemment co-animé deux webinaires sur les femmes et la Covid 19 intitulés « Feminist Forums ».

En 2018, Rosemary a fait partie des 19 membres du Conseil consultatif sur l'égalité des sexes du premier ministre Trudeau pour le G7 au Québec.

 

Jour 2: Les femmes dans l’économie des soins

Moderator, The Honourable Patty Hajdu

L’honorable Patty Hajdu

Ministre de la Santé

Patty Hajdu a été élue députée fédérale de Thunder Bay—Superior-Nord pour la première fois en 2015.

La ministre Hajdu milite ardemment pour les droits des femmes, l’emploi chez les jeunes et le logement abordable.

Avant de se lancer en politique, la ministre Hajdu a été directrice générale de Shelter House à Thunder Bay et elle a corédigé la stratégie antidrogue de Thunder Bay. Elle a également travaillé en santé publique et s’est concentrée sur la politique antidrogue, le développement des jeunes et l’itinérance.

Elle milite avec compassion pour la circonscription de Thunder Bay—Superior-Nord et tout le Canada, estimant qu’un pays plus inclusif profite à tous. À titre de députée, elle continue de veiller à ce que chaque personne au Canada ait une chance égale de réussir.

La ministre Hajdu est diplômée de l’Université Lakehead et a obtenu une maîtrise en administration publique de l’Université de Victoria.

 

Speaker, Cheryl Davies

Cheryl Davies

Cheryl Davies est chef de l’exploitation au BC Women’s Hospital + Health Centre. Il s’agit d’un centre de santé universitaire de la Provincial Health Services Authority qui se consacre à l’avancement des résultats en matière de santé de la population, de l’innovation et de l’équité dans l’ensemble du système de soins en Colombie-Britannique. En tant que l’un des plus grands hôpitaux de maternité au Canada offrant des soins tertiaires et quaternaires, le centre BC Women’s offre également une vaste gamme de services spécialisés.

Cheryl possède plus de 30 ans d’expérience en santé des femmes à titre d’infirmière, d’éducatrice et de dirigeante principale dans des milieux communautaires et hospitaliers. Elle milite avec ardeur pour la santé des femmes, les droits en matière de procréation et la justice sociale.

 

Speaker Julia Anderson

Julia Anderson 

Julia est chef de la direction du Partenariat canadien pour la santé des femmes et des enfants (CanSFE). Elle compte plus de 15 années d’expérience à occuper des postes-cadres et de haute direction en développement international, dans des organismes sans but lucratif, dans la société civile, sur les droits de la personne et l’égalité des sexes.

Julia collabore étroitement avec de nombreuses parties prenantes sur des questions liées aux politiques de développement international, des décideurs canadiens et étrangers jusqu’aux jeunes leaders. En 2019, Julia a dirigé l’établissement d’une vision collective renouvelée par le secteur de la santé mondial du Canada et le gouvernement du Canada y a investi un montant de 14 milliards de dollars sur 10 ans. 

À titre de présidente-directrice générale de CanSFE, elle continue de promouvoir des approches audacieuses, novatrices et même perturbatrices pour favoriser la santé et les droits des femmes et des filles partout dans le monde. 

Julia est titulaire d’une maîtrise ès arts en études canadiennes et autochtones de l’Université Trent et d’un certificat de direction en gestion des conflits de la faculté de droit de l’Université de Windsor.

 

Speaker, Marie Clarke Walker

Marie Clarke Walker 

Dès sa tendre enfance, Marie Clarke Walker milite pour l’égalité et la justice sociale. Elle est fière de suivre les traces de sa mère, militante syndicale et féministe à la retraite, et de son père, avocat qui a représenté des travailleurs toute sa vie. Ce bagage a été une source d’inspiration pour sa vie professionnelle et sa carrière, étalée sur quatre décennies, lui a permis de repousser les limites et de lutter contre l’injustice. Marie a publié divers ouvrages. Elle est vice-présidente (Travail) d’un parti politique national et la première femme racialisée à occuper le poste de secrétaire-trésorière du Congrès du travail du Canada (CTC). À titre de première femme racialisée élue vice-présidente exécutive et de plus jeune membre de la direction de l’histoire du CTC, Marie a occupé pendant cinq mandats le poste de vice-présidente exécutive avant d’être élue secrétaire-trésorière en 2017. Outre son travail au Canada, Marie a été membre adjointe de l’Organisation internationale du travail (OIT) et est elle actuellement membre titulaire du conseil d’administration de l’OIT. En 2017, elle a été vice-présidente (travailleurs) de la conférence annuelle et, plus récemment, elle a occupé le poste à la vice-présidence pour les travailleurs, ce qui lui a permis de négocier la Convention et la Recommandation historiques sur la violence et le harcèlement dans le monde du travail. La famille et la communauté sont au cœur de sa vie. Fière maman de deux fils, elle est une « mentore auprès des femmes » dévouée qui croit fermement que la justice sociale est essentielle à une paix universelle et durable.

 

Speaker Nora Spinks

Nora Spinks 

À titre de directrice générale de l’Institut Vanier, Nora collabore avec des personnes et des organisations qui étudient et épaulent les familles et celles qui sont à leur service afin de mobiliser le savoir et d’améliorer sur la scène nationale les connaissances des familles au Canada. Conférencière d’honneur et illustre auteure, Nora est une invitée de marque à la télévision et à la radio, où elle y dresse régulièrement un « portrait familial » pour répondre à des questions importantes pour la population canadienne. 

Nora a consacré sa carrière à la création de politiques et de programmes novateurs axés sur la santé et le bien-être, la prestation de soins, la souplesse en milieu de travail et l’harmonie entre le travail et la vie personnelle. Elle a été conseillère et consultante auprès de chefs de file des milieux des affaires, du droit, du travail, de l’administration publique et de la collectivité. Chef de file stratégique, Nora a contribué au succès de divers programmes fédéraux, provinciaux, communautaires et en milieu de travail dans divers secteurs, industries et professions.

Reconnue à l’échelle internationale comme chef de file des questions familiales et professionnelles, Nora a reçu de nombreux prix soulignant sa contribution aux milieux de travail et aux collectivités partout au Canada. Elle a été nommée au Conseil national des aînés (2018) et au Groupe d’experts sur les données et la recherche sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants (2019) et fait partie du groupe consultatif ministériel sur les familles pour Anciens Combattants Canada.

 

Speaker, Pat Armstrong

Pat Armstrong 

Pat Armstrong est professeure-chercheuse émérite en sociologie à l’Université York et membre de la Société royale du Canada. Elle a été titulaire d’une chaire de recherche sur les services de santé et les soins infirmiers de la FCRSS/des IRSC et a présidé le groupe Femmes et réforme des soins de santé, qui est financé depuis plus d’une décennie par Santé Canada. Elle a été présidente du département de sociologie de l’Université York et directrice de l’École d’études canadiennes de l’Université Carleton. Membre du conseil d’administration de la Coalition canadienne pour la santé et du Centre canadien de politiques alternatives. Elle a été chercheuse principale de l’étude de 10 ans intitulée « Reimagining Long-term Residential Care: An International Study of Promising Practices » et elle a mené de nombreux autres projets de recherche, dont un projet en cours sur les familles et la COVID.

Œuvrant dans les domaines de la politique sociale, des femmes, du travail et de la santé et des services sociaux, elle a publié des ouvrages sur les soins de santé comme The Privatization of Care: The Case of Nursing Homes; Wash, Wear and Care. Clothes and Laundry in Long-term Care: Troubling Care: Critical to Care: The Invisible Women in Health Services Wasting Away; The Undermining of Canadian Health Care. Une grande partie de ce travail repose sur le rapport entre le travail rémunéré et non rémunéré des femmes et cette analyse est effectuée en partenariat avec les syndicats et les organismes communautaires. 

 

Jour 2: Les femmes dans l’économie

Moderator, The Honourable Mary Ng

L’honorable Mary Ng 

L’honorable Mary Ng a été élue pour la première fois en avril 2017 comme députée de Markham—Thornhill et elle a été nommée ministre de la Petite entreprise et de la Promotion des exportations en juillet 2018. Elle a ensuite été réélue en octobre 2019, puis nommée ministre de la Petite entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international en novembre 2019. 

Mary est une leader communautaire dévouée qui a toujours cru au pouvoir de la fonction publique. Elle possède 20 ans d’expérience dans les domaines de l’éducation, du leadership des femmes, de la création d’emplois et de l’entrepreneuriat. 

Mary a quitté Hong Kong pour immigrer au Canada avec sa famille lorsqu’elle était très jeune et a grandi dans la petite entreprise de sa famille – elle connaît directement les défis et les possibilités qui s’offrent aux nombreux nouveaux Canadiens. Mary est déterminée à travailler avec Justin Trudeau pour faire croître et prospérer la classe moyenne canadienne, et elle comprend ce qu’il faut pour permettre aux vaillants travailleurs de Markham—Thornhill d’obtenir un emploi bien rémunéré. 

Ses nombreuses années de service au sein de la fonction publique de l’Ontario, de la Ryerson University et du ministère de l’Éducation de l’Ontario lui ont valu d’être reconnue comme l’une des leaders les plus accomplies du secteur public au Canada avant d’être recrutée comme directrice des nominations du premier ministre Justin Trudeau. La région de Markham—Thornhill doit compter sur une championne de confiance pour les familles de la classe moyenne, et Mary Ng continuera de travailler sans relâche pour notre collectivité diversifiée et dynamique afin de veiller à ce que chaque personne ait une chance réelle et égale de réussir.

 

Speaker, Hilda Broomfield Letemplier

Hilda Broomfield Letemplier

Hilda Broomfield Letemplier est présidente et dirigeante principale des finances de Pressure Pipe Steel Fabrication Limited et de Northern Oxygen Ltd., des fournisseurs dans le secteur minier à 100 % inuits/autochtones et appartenant à des femmes qui exécutent certains des plus importants projets d’exploitation des ressources au Labrador. 

Elle siège au conseil du Cercle des femmes autochtones et au Conseil national de développement économique des Autochtones.

Hilda vit et travaille à Happy Valley – Goose Bay (Terre‑Neuve) avec son mari Lionel.

 

Speaker, Rhonda Barnet

Rhonda Barnet 

Rhonda Barnet est présidente et chef de l’exploitation d’AVIT Manufacturing (anciennement Steelworks Design), une entreprise d’ingénierie et d’automatisation sur mesure à Peterborough, en Ontario.  

Ardente partisane du secteur canadien de la fabrication et de l’exportation, Rhonda a été la première femme élue à la présidence de Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC) (2016-2018).  Elle occupe actuellement le poste de présidente sortante de MEC et elle préside The Workforce of the Future.  Elle gère un calendrier actif des engagements du gouvernement et de l’industrie, notamment en Allemagne, aux Pays‑Bas, en Italie, en Chine, au Mexique, aux États‑Unis et au Canada. 

Parmi ses autres nominations à l’échelle nationale, mentionnons qu’elle compte parmi les neuf membres du Conseil de la stratégie économique du Canada, qui a pour but de diriger une stratégie globale pour la reprise du Canada après la crise économique de 2020, elle est présidente de la Table de concertation sur la stratégie fédérale de fabrication de pointe (AMEST) et directrice de Next Generation Manufacturing Canada (NGen Canada), l’une des cinq super grappes canadiennes qui versent 950 M$ de fonds fédéraux pour l’innovation. Récemment, Rhonda a également été nommée directrice de Palette Inc., un programme pilote financé par le gouvernement fédéral qui porte sur le recyclage et le perfectionnement des travailleurs déplacés, pour les préparer en prévision des emplois technologiques de demain.  Rhonda a récemment été nommée présidente d’Equity, Diversity and Inclusion chez Palette Inc.

Reconnaissant rapidement le potentiel d’une solide communauté entrepreneuriale axée sur les compétences et l’éducation, Rhonda fait du bénévolat et défend de nombreuses initiatives en ce sens. Elle collabore notamment avec les associations de fabricants régionaux et les organismes en démarrage, les collèges communautaires et les conseils de stratégie de développement économique.  

En 2016, Rhonda a mis sur pied le groupe de travail sur les femmes dans le secteur manufacturier de CME, dans le but d’accroître la participation et de mettre en valeur les rôles des femmes dans le secteur manufacturier canadien.  En 2018, elle a lancé la campagne « We Can Do It » de CME, une initiative financée en partie par le gouvernement fédéral pour ajouter 100 000 femmes à l’effectif du secteur manufacturier au cours des cinq prochaines années.

Rhonda est porte‑parole internationale sur la diversité, les femmes dans le secteur manufacturier, les compétences et la main‑d’œuvre de demain.  Rhonda a foi en la valeur du mentorat et elle adhère à la philosophie « Si tu me vois, tu peux être moi ».

 

Speaker, Roopa Davé

Roopa Davé 

Roopa Davé est associée, Développement durable, auprès de KPMG. À la suite d’une formation de comptable, Roopa a axé sa carrière sur la durabilité parce qu’elle croit que les entreprises ont un rôle à jouer dans la résolution de problèmes sociétaux comme les changements climatiques et les droits de la personne. Elle voit une occasion pour les organisations et les personnes d’aller au‑delà de la façon traditionnelle de faire des affaires et de reconnaître dans leurs activités un groupe élargi d’intervenants diversifiés, et les enjeux d’affaires en constante évolution, qu’ils soient environnementaux, sociaux ou économiques.

À titre de professionnelle de la durabilité, Roopa travaille dans un contexte mondial afin d’aider ses clients à comprendre leurs environnements changeants et à composer avec ceux-ci de façon efficace et profitable, et à réduire les risques, à trouver des occasions d’affaires et enfin, à bâtir des entreprises plus fortes et plus durables. Elle possède plus de 15 ans d’expérience dans la prestation d’une gamme de services, dont la mesure et la production de rapports en matière de durabilité, l’élaboration de stratégies, la certification, la détermination des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et des risques climatiques, l’évaluation de l’importance relative, et l’estimation et la vérification des émissions de gaz à effet de serre.

 

Speaker, Victoria LaBillois

Victoria LaBillois 

Entrepreneure Mi’gmaq de Listuguj, dans le territoire traditionnel de Gespe’gewa’gi, Victoria est propriétaire de Wejipeg Excavation Inc. Elle participe à la construction de parcs éoliens. En 2016, elle a ajouté Wejuseg Construction Inc. www.wejuseg.com, dont elle est copropriétaire. De plus, elle possède des propriétés locatives, elle a lancé une entreprise de t-shirts en ligne et elle a mis sur pied une entreprise d’exportation.

Victoria joue de nombreux rôles pour les Premières Nations environnantes et la fonction publique fédérale, aux niveaux communautaire, régional et national. Sa passion et son engagement à servir les Autochtones sont de très grande portée.

 

Wendy Cukier 

Wendy Cukier est professeure d’entrepreneuriat et de stratégie à l’École de gestion Ted Rogers et directrice universitaire de l’Institut de la diversité. Elle a coécrit le best‑seller « Innovation Nation: Canadian Leadership from Java to Jurassic Park » et est un chef de file en matière de technologies perturbatrices et d’innovation. Elle a été vice‑présidente de la recherche et de l’innovation et a rédigé plus de 200 articles sur les aspects de la diversité, de l’inclusion et de l’innovation. 

Elle est la fondatrice du Diversity Institute de l’Université Ryerson, qui compte 100 employés de recherche, 100 associés de recherche de partout dans le monde et 200 partenaires de l’industrie qui se concentrent sur les dimensions de la diversité et de l’inclusion en milieu de travail, sur les compétences futures et sur l’entrepreneuriat. L’Institut dirige certains grands projets de partenariat visant à promouvoir la participation et l’avancement des groupes sous‑représentés, y compris les femmes, les minorités racialisées, les Autochtones, les LGBTQ et les personnes handicapées. Cela comprend des projets comme l’Advanced Digital and Professional Training Program (ADaPT) et le Newcomer Entrepreneurship Hub.

Wendy Cukier dirige également le Women Entrepreneurship Knowledge Hub et un programme de recherche pour le Future Skills Centre, ainsi que le nouveau réseau Inclusive Innovation and Entrepreneurship Network (IIE-Net).

Ses travaux de défense fondée sur la recherche ont joué un rôle déterminant dans l’inclusion d’exigences de rapports annuels sur la diversité qui dépassent l'égalité des sexes dans le récent projet de loi fédéral C‑25. 

Wendy est également une championne reconnue de la justice sociale et elle a été une pionnière de l’adaptation de modèles écologiques de changements dans les systèmes complexes. Elle a été responsable de l’analyse comparative entre les sexes et de plus de 1 000 projets d’innovation sociale dans le cadre de l’initiative SI DRIVE de l’Union européenne. Elle a dirigé la stratégie d’innovation sociale de l’Université Ryerson dans la quête pour devenir le premier campus Ashoka Changemaker au Canada. Elle a également créé le Lifeline Syria Challenge de l’Université Ryerson, qui a mobilisé 1 000 bénévoles et recueilli cinq millions de dollars pour parrainer en privé plus de 400 réfugiés syriens.

Elle a reçu le prix Harry Jerome pour la diversité, le prix Bob Marley, la désignation femme professionnelle de l’année du Conseil d’affaires Canada‑Pakistan, le prix Metropolis pour la recherche, le prix de l’alliance CATA, le prix Sara Kirke pour l’entrepreneuriat et l’innovation et la reconnaissance des 100 femmes les plus influentes selon le réseau WXN. Elle a été nommée femme de distinction du YWCA et l’une des « 100 diplômées qui ont façonné le siècle » de l’Université de Toronto et l’International Women’s Forum 2020 Women Who Make a Difference. Wendy est titulaire d’un doctorat, d’une maîtrise en administration des affaires (MBA), d’une maîtrise ès arts (MA), ainsi que de doctorats honorifiques de l’Université Laval et de l’Université Concordia. 

 

Jour 2: Violence fondée sur le sexe

Moderator, Senator Julie Miville-Dechêne

Sénatrice Julie Miville-Dechêne

Depuis sa nomination au Sénat en 2018, la sénatrice Miville-Dechêne a déposé deux projets de loi d’intérêt public au Sénat : le projet de loi S-203 qui exigerait la mise en œuvre de méthodes de vérification en ligne de l’âge pour protéger les mineurs contre l’exposition à la pornographie en ligne, et le projet de loi S-216 sur l’esclavage moderne, qui exigerait plus de transparence de la part des entreprises sur l’utilisation du travail forcé et du travail des enfants dans leur chaîne d’approvisionnement. Elle est également vice-présidente du Comité sénatorial permanent des transports et des communications, et elle s’est exprimée sur plusieurs enjeux sociétaux, comme la crise du journalisme, la pornographie, la prostitution et la réforme du Sénat ainsi que les questions éthiques connexes. Avant d’être nommée au Sénat, Julie Miville-Dechêne a mené une longue carrière dans la fonction publique, où ses talents d’excellente communicatrice se sont démarqués. Mme Miville-Dechêne a longtemps été journaliste et correspondante du réseau public Radio-Canada (Société Radio-Canada/CBC) au pays et aux États-Unis, avant de devenir ombudsman en 2007. En 2011, elle a été nommée présidente du Conseil du statut de la femme du Québec et, en 2016, elle est devenue diplomate pour le Québec, d’abord en tant que représentante du Québec au sein de la délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO, puis en tant que représentante pour les droits et libertés de la personne.

 

 

Speaker, Dawn Lavell-Harvard

Dawn Lavell-Harvard 

Dawn Lavell Harvard, Ph. D., est fière de faire partie de la Première Nation de Wiikwemkoong et d’être la première boursière autochtone de la Fondation Pierre Elliott Trudeau et directrice de la First Peoples House of Learning à l’Université Trent, et elle s’emploie à faire progresser les droits des femmes autochtones à titre de présidente de l’Ontario Native Women’s Association depuis 2003. Dawn a été élue présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada lors de la 41e assemblée générale annuelle, le 11 juillet 2015 à Montréal (Québec), et elle a été vice-présidente pendant près de trois ans. 

Dawn estime que son rôle le plus important est celui de mère de trois filles. Suivant les traces de sa propre mère, Jeannette Corbiere Lavell, une ardente défenseure des droits des femmes autochtones, depuis qu’elle s’est jointe au conseil d’administration de l’Ontario Native Women’s Association à titre de directrice pour la jeunesse en 1994, Mme Harvard s’occupe de l’autonomisation des femmes autochtones et de leurs familles.  Elle a été coéditrice du volume original sur le maternage autochtone intitulé Until Our Hearts Are on the Ground: Mothering, Oppression, Resistance and Rebirth; elle a également publié, avec Kim Anderson, un livre intitulé Mothers of the Nations, et elle a récemment coédité avec Jennifer Brant un livre intitulé Forever Loved:  Exposing the Hidden Crisis of Missing and Murdered Indigenous Women and Girls in Canada.

 

Speaker, Farrah Khan

Farrah Khan 

Pendant deux décennies, Farrah Khan a sensibilisé la population aux intersections de la violence fondée sur le sexe et de l’équité par des campagnes d’éducation, des politiques, l’art et la défense des intérêts. Elle est fondatrice de Possibility Seeds, membre du Conseil consultatif du gouvernement du Canada chargé d’élaborer la Stratégie pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, membre du conseil de Guides du Canada et ancienne coprésidente de la table ronde provinciale sur la violence faite aux femmes du gouvernement de l’Ontario. À l’heure actuelle, Farrah travaille à l’Université Ryerson à titre de gestionnaire de Consent Comes First du bureau chargé du soutien et de l’éducation contre la violence sexuelle. Elle y épaule dans la collectivité les victimes de la violence fondée sur le sexe. Elle dirige des programmes éducatifs à l’échelle du campus et elle contribue à y façonner les politiques et procédures. De plus, Farrah est cofondatrice de projets communautaires novateurs, dont Use The Right Words: Media Reporting on Sexual Violence du collectif Femifesto et codirectrice de Courage to Act, premier projet national du genre visant à contrer et à prévenir la violence fondée sur le sexe sur les campus postsecondaires au Canada. Elle apporte régulièrement sa contribution dans les médias nationaux grâce à son expertise dans la lutte contre la violence fondée sur le sexe et a reçu de nombreux prix, dont celui de Vital People de la Toronto Community Foundation. En 2018, Farrah a été nommée membre du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes pour le Sommet du G7. Lors du Sommet, Farrah s’est adressée à un auditoire de dirigeantes et dirigeants mondiaux en insistant sur la 

nécessité d’inclure des mesures concrètes pour la justice de genre dans toute discussion visant la création d’un monde prospère, durable et pacifique.

 

Speaker, Lesley Lindberg

Lesley Lindberg 

Lesley est directrice au sein de Lindberg Consulting et chef du projet de transformation du système Transforming Together de la Manitoba Association of Women’s Shelters (MAWS).  Elle a été directrice générale d’un refuge pour femmes victimes de violence familiale à Winnipeg, coprésidente de la MAWS et présidente et membre fondatrice de la section du Manitoba du Project Management Institute (PMI). Elle est actuellement membre du conseil d’administration d’End Homelessness Winnipeg, et elle fait partie de nombreux conseils sectoriels, comités directeurs et groupes consultatifs. Lesley est une fière métisse et, surtout, la fière grand-mère d’Hannah et de Nicholas.

 

Speaker, Manon Monastesse

Manon Monastesse 

Manon Monastesse a travaillé, dans les années 90, en défense des droits des femmes, plus spécifiquement sur les litiges entourant la garde légale d’enfants, dont les enlèvements parentaux internationaux en Europe et au Moyen-Orient.

De retour au Québec, elle poursuit ce travail au plan national et international et termine une maîtrise en intervention sociale (UQAM) portant sur l’intervention sociojudiciaire en matière de garde d’enfants dans un contexte de violence conjugale (2003). Elle coordonne par la suite la Table de concertation en violence conjugale et agressions à caractère sexuel de Laval (Québec) (2003-2006).

Elle suppose depuis 2006 la direction provinciale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes. À ce titre, elle a fait partie de plusieurs comités gouvernementaux, dont le comité de travail sur une action concertée auprès des enfants exposés à la violence conjugale et leurs familles (2012-2014) ainsi que le comité d’experts sur les homicides intrafamiliaux (2011-2012), et elle est actuellement membre du comité d’examen des décès liés à la violence conjugale présidé par le coroner en chef du Québec. Elle a également fait partie des différents comités impliqués dans l’élaboration des plans d’action gouvernementaux en matière de violence conjugale et de groupes de recherche en partenariat. Elle a participé à d’innombrables conférences et événements à titre d’experte. 

Elle a été co-présidente d’Hébergement femmes Canada pendant plusieurs années et a contribué à la mise sur pied du Réseau international des maisons d’hébergement pour femmes (Global Network of Women’s Shelters) en 2009. 

Speaker, Tod Augusta-Scott

Tod Augusta-Scott 

Tod Augusta-Scott est reconnu à l’échelle internationale pour ses travaux sur la violence fondée sur le sexe, les approches réparatrices, les traumatismes et la thérapie du récit. Il est directeur général et thérapeute principal d’un organisme communautaire depuis plus de 25 ans. Au cours des 15 dernières années, il a aussi travaillé comme thérapeute familial pour les Forces armées canadiennes. 

 Il a coédité des chapitres des livres acclamés par la critique intitulés Narrative Therapy: Making Meaning, Making Lives (Sage Publications, 2007) et Innovations in Interventions to Address Intimate Partner Violence: Research and Practice (Routledge Press, 2017), et a contribué à ceux-ci. Il siège au Conseil consultatif canadien sur la situation de la femme. 

Tod a reçu un prix d’excellence du sous-ministre de la Défense nationale pour son travail sur les inconduites sexuelles au sein des Forces armées canadiennes (FAC) (2019). Il a également reçu le Prix d’excellence pour service insigne de l’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux. 

Tod est directeur général et responsable clinique du Bridges Centre depuis 1994. Le Bridges Centre est un centre de consultation pour les personnes qui veulent se diriger vers la réparation, lorsqu’elles ont subi des préjudices et qu’elles en infligent à d’autres personnes. Le personnel a publié et présenté ses travaux à l’échelle nationale et internationale.

Tod a cofondé la Conférence canadienne sur la violence familiale en 2009. Il a coordonné six conférences, dont chacune a réuni des centaines d’intervenants de partout au pays et de l’étranger. La conférence vise principalement à relier le mouvement populaire à l’échelle du pays.

 

Speaker, Tracey Porteous

Tracy Porteous 

Tracy joue un rôle de premier plan dans le secteur canadien de la lutte contre la violence. Depuis 39 ans, elle s’emploie à lutter contre la violence fondée sur le sexe (VFS), à créer des services pour les personnes survivantes et leurs familles, à élaborer des politiques et des pratiques exemplaires pour les fournisseurs de services et à contribuer à l’évolution des lois ainsi qu’à la formation et à la collaboration intersectorielles. En 2020, elle a été intronisée à l’Ordre de la Colombie-Britannique et a reçu un doctorat honorifique de l’Université de la Colombie-Britannique. Tracy a été lauréate d’une médaille du gouverneur général du Canada à trois reprises, elle a été membre de comités d’examen des décès liés à la violence familiale de la Colombie-Britannique, elle a témoigné devant des comités parlementaires fédéraux et s’est exprimée en tant que déléguée canadienne aux Nations Unies; elle est membre du Comité national de prévention des homicides intrafamiliaux ainsi que de l’Observatoire canadien du fémicide pour la justice et la responsabilisation. Tracy a colancé la campagne novatrice et primée Be More Than a Bystander: Break the Silence on Gender-Based Violence avec le club de football des Lions de la Colombie-Britannique. Tracy est actuellement directrice générale de l’Ending Violence Association of British Columbia, une association provinciale qui appuie plus de 300 programmes et initiatives de lutte contre la violence à l’échelle de la Colombie-Britannique qui répondent à la violence sexuelle et familiale, à la violence faite aux enfants et au harcèlement criminel et sexuel. Elle est également coprésidente de l’Ending Violence Association of Canada.

 

Jour 2: Les femmes vivant dans les régions rurales et éloignées du Canada

Moderator, Gudie Hutchings

Gudie Hutchings 

Gudie Hutchings a été élue députée de la circonscription de Long Range Mountains pour la première fois en 2015. 

Née et élevée à Corner Brook, Mme Hutchings est fière de vivre dans la vallée de la Humber. Elle défend efficacement les intérêts des familles ainsi que des entrepreneuses, entrepreneurs, travailleuses et travailleurs de Long Range Mountains, en misant sur la consultation, le perfectionnement de la main-d’œuvre locale et les pratiques écologiques. 

Mme Hutchings entretient des liens solides avec son milieu et compte plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie touristique. 

Elle a siégé pendant une décennie au conseil d’administration de la Newfoundland and Labrador Outfitters Association, dont un certain nombre d’années en tant que présidente. Elle a été présidente et directrice générale du Battle Harbour Historic Trust, un organisme voué à la protection et à la mise en valeur du patrimoine historique et naturel de Battle Harbour. 

Elle a aussi présidé la Chambre de commerce du Grand Corner Brook et participé à la fondation de la Fédération canadienne des associations de pourvoiries. Mme Hutchings a également été coprésidente de Forget-Me-Not, un groupe qui s’emploie à recueillir des fonds pour honorer au square Remembrance de Corner Brook les femmes et les hommes qui ont combattu ou combattent encore dans les Forces canadiennes.

 

Speaker, Corinne Pohlmann

Corinne Pohlmann  

Corinne Pohlmann est vice-présidente principale des affaires nationales et des partenariats à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), organisme sans but lucratif représentant plus de 110 000 membres propriétaires de petites et moyennes entreprises partout au Canada. Elle travaille au bureau d’Ottawa, fait partie de l’équipe de la haute direction de la FCEI et elle est chargée d’élaborer la stratégie de la FCEI sur les questions législatives fédérales et de superviser la division des partenariats de la FCEI et l’équipe législative du Canada atlantique. 
À ses débuts à la Fédération en 1998, elle œuvrait dans le domaine de la recherche et a rédigé plusieurs rapports sur diverses questions d’économie et de politique publique. En 2000, elle est devenue directrice des affaires provinciales pour l’Alberta et les Territoires-du-Nord-Ouest au bureau d’Edmonton où elle a défendu les intérêts des membres de ces deux régions auprès de tous les paliers de gouvernement. En 2006, elle a déménagé à Ottawa pour assumer la responsabilité des affaires nationales.

Tout au long de sa carrière, Corinne a participé aux activités de nombreux comités et à diverses consultations sur la scène nationale portant sur une grande variété de questions touchant les petites entreprises, dont le Comité consultatif ministériel sur l’économie souterraine, le Comité consultatif sur la petite entreprise et l’entrepreneuriat ainsi que le Comité consultatif de la sous-ministre de Citoyenneté et Immigration Canada. 

Originaire de Montréal où elle a grandi, Corinne est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en géographie de l’Université McGill.

 

Speaker, Chief Kluane Adamek

La Cheffe Kluane Adamek 

Kluane Adamek (nom traditionnel : « Aagé ») occupe le poste de cheffe régionale de l’Assemblée des Premières Nations (APN) au Yukon depuis janvier 2018. La cheffe régionale Adamek s’engage à collaborer avec les dirigeants et les collectivités des Premières Nations du Yukon pour faire valoir leurs priorités et leurs intérêts dans leur direction régionale, nationale et ailleurs.

Fière citoyenne de la Première Nation de Kluane, la cheffe régionale Adamek appartient au clan Dakl’aweidi (Killerwhale). Elle est issue d’un milieu diversifié et a des origines tlingit, tutchone du Sud, allemande et irlandaise. La cheffe régionale Adamek parle couramment l’anglais et le français et continue d’apprendre le tutchone du Sud et le tlingit. Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts en études canadiennes de l’Université Carleton en 2009 (Ottawa en Ontario), elle est retournée chez elle pour travailler auprès des Premières Nations du Yukon et des collectivités locales dans les domaines de l’éducation, du développement économique et de la gouvernance.

En 2019, elle a obtenu une maîtrise en administration des affaires de l’Université Simon Fraser. Tout au long de sa carrière, elle a siégé à plusieurs conseils et comités, dont le conseil des gouverneurs du Collège du Yukon, la Kluane Dana Shaw Development Corporation, Actua, la Fondation autochtone de guérison et le cercle sportif autochtone. Elle possède une expérience avérée dans les secteurs privé et public, où elle a occupé divers rôles dans les secteurs organisationnel et privé et dans l’administration publique. Elle a également été conseillère auprès de l’ancien chef national de l’APN, Shawn A-in-chut Atleo. Tout en participant au programme Jane Glassco Northern Fellowship auprès de la Walter and Duncan Gordon Charitable Foundation, elle a fondé et dirigé le collectif de leaders autochtones émergents du Nord « Our Voices ».

La cheffe régionale Adamek s’occupe actuellement des portefeuilles nationaux de l’APN portant sur les changements climatiques, l’environnement, la santé et les traités modernes.

Son nom vient d’être cité sur le site TED et elle a également été reconnue comme l’une des 25 meilleures femmes d’influence de 2021. Le soutien aux jeunes et aux leaders émergents du Nord et d’ailleurs lui tient à cœur. La cheffe régionale Adamek continue de réclamer des changements pour intégrer les jeunes et la prochaine génération dans des forums décisionnels, et elle est déterminée à trouver des solutions et à aborder le leadership d’un point de vue axé sur les valeurs.

 

Speaker, Michelene Gray

Michelene Gray 

Michelene Gray est une militante, une lobbyiste et elle connaît bien les défis et les obstacles que doivent surmonter les femmes en milieu rural au Canada. Elle est actuellement directrice exécutive de la condition féminine de l’Ouest du Labrador, où elle a œuvré sans relâche pour mieux protéger les femmes qui reçoivent des soins de santé sans porter de jugement, sensibiliser la population sur les femmes autochtones disparues et assassinées et adopter des programmes de sécurité qui réduisent les obstacles auxquels font face les femmes victimes de violence. 

Michelene est une membre active de sa collectivité, Labrador West, et elle a occupé des postes clés dans divers conseils d’administration dont la coalition Labrador West Mental Health, la maison de transition Hope Haven, la coalition Labrador West Housing and Homelessness, le Provincial Action Network on the Status of Women et bien d’autres.

Michelene est diplômée de l’Université Memorial où elle a obtenu un diplôme en sciences sociales axé sur l’éthique et la moralité. Sa passion à défendre la cause des femmes et sa ferme conviction envers la justice sociale l’ont motivée à faire des études dans ce domaine.

Originaire du Labrador, ville minière, où elle a été élevée et a grandi, Michelene a été témoin de l’évolution du Labrador au fil des ans, de la structure économique sans cesse changeante et des effets de l’environnement, des finances et de la culture sur des générations de femmes. Ces effets, jumelés à une pandémie mondiale, ont mis en évidence les obstacles auxquels les femmes sont confrontées en milieu rural au Canada et soulignent la nécessité de ne pas tarder à valoriser l’équité pour toutes les femmes au Canada, peu importe où elles vivent.

 

Speaker, Mylene Riva

Mylène Riva 

Mme Mylène Riva est professeure adjointe au département de géographie et à l’Institut des politiques sociales et de la santé. Géographe sanitaire, elle étudie la santé des populations. Ses recherches portent plus particulièrement sur les déterminants socio-environnementaux de la santé dans les collectivités rurales, éloignées et autochtones. Avant son entrée en poste à l’Université McGill, Mme Riva a été professeure adjointe au Département de médecine sociale et préventive de l’Université Laval et chercheuse au Centre de recherche du CHU de Québec. Elle est actuellement chercheuse-boursière du Fonds de recherche du Québec — Santé.

Jour 2: Séance plénière de clôture: Mesures visant à faire progresser l’égalité des genres

Moderator, The Honourable Maryam Monsef

L’honorable Maryam Monsef 

Ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural 

L’honorable Maryam Monsef est ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural du Canada et députée de Peterborough—Kawartha. Elle est la première femme à représenter cette circonscription fédérale, la première députée d’origine afghane et la première musulmane à occuper des fonctions de ministre à l’échelon fédéral. 

Reconnue par Apolitical comme l’une des 20 personnes les plus influentes en matière de politique sur le genre pour les deux dernières années, la ministre Monsef a contribué à baliser le débat sur l’égalité des genres au Canada et sur la scène internationale. Elle a joué un rôle de premier plan dans les efforts qu’a déployés le Canada pour que l’égalité des genres et l’Analyse comparative entre les sexes PLUS deviennent parties intégrantes de tous les travaux du G7, notamment durant la présidence canadienne du groupe, en 2018, ce qui a inclus la supervision du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes du G7. Elle a dirigé la délégation canadienne à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies chaque année depuis 2017 et a représenté le Canada auprès de la Banque mondiale; de plus, si le Forum économique mondial a abordé la question de l’égalité des genres, c’est en bonne partie grâce à elle. 

Elle a toujours eu à cœur de redonner à sa collectivité et à son pays. Dans sa collectivité de Peterborough, en Ontario, elle a cofondé la campagne Red Pashmina, qui a recueilli des fonds au profit de l’éducation des Afghanes. Diplômée de l’Université Trent, elle parle anglais, farsi et dari. 

 

Speaker, Alana Robert

Alana Robert 

Alana Robert est avocate chez McCarthy Tetrault à Toronto. Elle a préparé pour À voix égales et le Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes (LEAF) du Canada des rapports stratégiques sur le droit à l’égalité. Elle siège actuellement au conseil d’administration du Native Women’s Resource Centre de Toronto et au conseil consultatif du Indigenous Human Rights Program (programme de défense des droits de la personne pour les Autochtones). Mme Robert a fondé Justice For Women Manitoba, organisme étudiant qui combat la violence sur le campus de l'Université du Manitoba en revendiquant des changements de fond, de l'éducation et du soutien.

 

Speaker, Charlotte Thibault

Charlotte Thibault 

Madame Charlotte Thibault se spécialise actuellement sur l’analyse différenciée selon les sexes. Son expertise est reconnue tant au Canada qu’à l'international. 

Elle compte plus de 30 ans d’expérience auprès des groupes de femmes et des groupes communautaires. 

En 2006, Madame Thibault a été récipiendaire du Prix de la Gouverneure générale du Canada en l’honneur de l’Affaire Personne. Elle habite une coopérative d’habitation dans Milton-Parc à Montréal.

 

Speaker, Lauren Ravon

Lauren Ravon 

Directrice générale d’Oxfam Canada, Lauren Ravon défend avec détermination la cause des femmes et la justice sociale. Elle compte plus de 15 ans d’expérience en développement international. Depuis 2011, elle travaille pour Oxfam Canada, où elle a occupé plusieurs fonctions, dont celles de directrice des politiques et campagnes, et s’évertue constamment à donner aux droits des femmes une place centrale dans tout ce que fait la confédération Oxfam dans le monde. Avant cela, Mme Ravon travaillait au 

Centre international des droits de la personne et du développement démocratique, où elle a été gestionnaire du programme des Amériques et a supervisé le bureau du Centre en Haïti, responsabilité qui comprenait l’administration du programme de promotion des droits de la personne dans ce pays. Elle a également travaillé à différents programmes de prévention et de lutte contre la violence fondée sur le sexe et de promotion des droits sexuels et génésiques avec Planned Parenthood Global et le Comité international de secours. Mme Ravon a mené de vastes recherches stratégiques et a mené des campagnes sur la justice alimentaire, l’égalité économique, la santé et les droits sexuels et génésiques des femmes, ainsi que le rôle des mouvements des femmes. Elle est titulaire d’une maîtrise en affaires internationales et en développement de l’Université Columbia et de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po). Elle siège au conseil exécutif d’Oxfam International et au conseil d’administration de la Coalition humanitaire.

 

Speaker, Maya Roy

Maya Roy 

Dirigeante chevronnée du secteur sans but lucratif, Mme Roy compte 24 années d’expérience en matière de politiques publiques, de déterminants sociaux de la santé et de développement organisationnel. Son travail l’a menée en Thaïlande, au Brésil, en Inde et au Royaume-Uni, où elle a travaillé avec des ONG qui s’emploient à promouvoir les droits de la personne et à prévenir la violence. En 2013, elle a publié une collection d’essais sous le titre Going Beyond the Journey (Insomniac Press) et a remporté un prix du Council of Agencies Serving South Asians pour son engagement envers l’égalité des genres et le prix Vital People de la Toronto Community Foundation. De 2018 à 2019, elle a fait partie du Global Cultural Relations Programme (programme des relations culturelles internationales) de l’Union européenne. 

Elle est titulaire d’un diplôme en travail social de la Ryerson School of Social Work et d’une maîtrise en politique et planification sociales de la London School of Economics. 

Mme Roy a siégé au Conseil consultatif sur l’égalité entre les sexes durant la présidence canadienne du G7 et a présenté des pratiques prometteuses de YWCA Canada à Davos, en Suisse. Elle fait actuellement partie des Jeunes leaders mondiaux du Forum économique mondial, a remporté le prix Top 40 Under 40 du Canada et siège au conseil d’administration de l’Hôpital Women’s College.

 

Speaker, Nikki Fraser

Nikki Fraser 

Nikki Fraser est une militante autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique. Elle a lancé Uniting Our Voices, une plateforme qui encourage l’inclusion et l’égalité en offrant un espace où plus d’Autochtones peuvent s’exprimer, tisser des liens et susciter le changement par leurs témoignages et récits. Elle participe à la recherche et à la défense des intérêts autochtones en portant une attention particulière aux dimensions genrées. Mme Fraser fait partie des jeunes leaders pour les objectifs de développement durable de l’ONU (Bureau de l’envoyée du Secrétaire général pour la jeunesse), étudie à 

l’Université Thompson Rivers et a fait partie du palmarès #HowIMadeit 2019/2020 de Flare Magazine.

 

Speaker, Paulette Senior

Paulette Senior 

Paulette Senior est présidente et directrice générale de la Fondation canadienne des femmes. Elle a consacré sa carrière à donner aux femmes et aux filles les moyens de surmonter les obstacles et de réaliser leur plein potentiel. 

Paulette a commencé sa carrière aux premières lignes d'organismes de services sociaux dans certains des quartiers les plus mal desservis de Toronto. Elle a constaté que les ressources sociales et les changements systémiques pouvaient transformer la vie des femmes. Grâce à son travail et à son action auprès des refuges, ainsi qu'à des programmes d'emploi et de logement, elle a remporté de nombreux prix et est devenue l'une des leaders les plus respectées au Canada. 

Paulette a rejoint la Fondation en 2016, après dix ans en tant que directrice principale de YWCA Canada. Son travail au sein de la Fondation est guidé par la vision d'un mouvement national inclusif vers l'égalité des sexes qui rendra tous les Canadiens plus forts.